Convocation par la police

Une convocation par la police ou gendarmerie (au commissariat, brigade de gendarmerie ou dans un service spécialisé) est un document (simple lettre ou remis en mains propres) de ton assez neutre (ton typiquement administratif) qui indique l’heure,le jour et le lieu d’une audition par un enquêteur avec la célèbre mention « pour un motif vous concernant ». Dans certains cas légers, vous pouvez être convoqué par un simple coup de téléphone: assurez-vous alors que c’est bien un policier ou gendarme qui vous appelle en vérifiant l’identité et le numéro de téléphone de l’interlocuteur.

On peut essayer de changer l’heure et le jour de l’audition prévue car dans certains cas, le délai de convocation est bref (pour le lendemain).

La raison de la convocation n’est pas indiquée et si on contacte le fonctionnaire qui convoque, il n’est pas obligé de l’indiquer.

On peut s’y rendre seul ou avec un avocat. La police ou la gendarmerie incitent à prévenir si l’on vient avec un avocat mais on n’est pas obligé de prévenir et dans certains cas, venir avec un avocat sans l’avoir précisé permet de bloquer pas mal de choses dans une enquête à charge.

Convocation = enquête

On n’est pas convoqué(e) par hasard. Une audition par un service de police ou de gendarmerie est un acte d’une enquête.

Cela signifie donc qu’il y a une enquête dans laquelle vous avez un rôle et donc possiblement une plainte contre vous ou contre X, ayant amené à vous convoquer à la suite d’un faisceau d’indices ou de preuves vous ayant mis en cause comme témoin ou possible coupable. Une convocation n’est donc pas synonyme d’une accusation contre vous.

Déroulement de l’audition

Au tout début de l’audition, l’enquêteur doit vous indiquer les articles de loi et les motifs qui l’ont amené à vous convoquer. Dans la plupart des cas, votre audition se fait comme « audition libre » ce qui implique, comme doit vous le rappeler l’enquêteur, que vous pouvez refuser de répondre aux questions ou partir à tout moment (même si le policier ou le gendarme peut vous retenir jusqu’à la fin de l’interrogatoire, donc des questions auxquelles vous ne répondrez pas).

Dans les cas où vous êtes suspecté d’être coupable, il se peut que vous soyez placé en garde à vue (24 heures, renouvelable une fois sauf dans les affaires très grave comme le terrorisme).

Dans les autres cas, notamment celui d’audition libre, l’audition ne peut pas durer plus de 4 heures.

Le procès-verbal de l’audition

Dans tous les cas, et c’est un point essentiel, l’audition fait l’objet d’un procès-verbal qui doit retranscrire fidèlement les questions et les réponses faites.

C’est ce procès-verbal qui compte pour d’éventuelles suites dont des procès.

Le PV doit vous êtes soumis pour relecture et vous devez le signer. Il est extrêmement important alors de le relire le plus rigoureusement possible et de ne pas le signer TANT que des choses sont incorrectes ou « oubliées » par rapport à ce qui a été dit.

Bien entendu, le policier ou le gendarme, renâclera à refaire le PV mais il ne faut pas céder et refuser de signer tant que tout ce qui est écrit n’est pas exact et complet !

Par ailleurs, vous pouvez ajouter quelque chose au PV et c’est là qu’il faut signaler d’éventuels comportements « étranges » du policier ou du gendarme comme des menaces ou l’affirmation que vous êtes coupable.

N’oubliez pas qu’un policier ou gendarme n’est pas un juge et donc n’a pas à vous juger ou indiquer que vous êtes coupable pour vous obliger à avouer quelque chose ! Mais c’est une pratique courante pour boucler l’enquête. Si un policier ou un gendarme vous presse d’avouer et menace d’une perquisition chez vous, d’ennuis à votre travail, de parler au termes négatifs de vous au Procureur, etc.. Indiquez clairement les termes qui vous ont été adressés dans le procès-verbal de l’audition, même si le gendarme ou policier est très fâché de ceci.

Suite d’une convocation et audition

A la suite d’une audition, c’est le Procureur (et pas la police ni la gendarmerie) qui décide de la suite. Il peut classer l’affaire ou alors poursuivre. Si vous avez été accusé à tort, vous pouvez alors porter plainte pour allégations mensongères.

Voici une video très claire sur la convocation par la police et comment la comprendre au niveau du droit.

A propos de Convocation par la police

Poster un commentaire ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer