Assurance-vie: toujours intéressante ?

La plupart des épargnants français et même la plupart des français ont une assurance-vie. C’est le placement le plus simple et le moins soumis aux aléas de la fiscalité.

Il permet de mettre de l’argent de côté, avec une sorte de “bonne” obligation à ne pas l’utiliser. Il peut servir de rente à la retraite ou de moyen de transmission de patrimoine et bien sûr de poche de secours en cas de mort subite.

Traditionnellement, l’assurance-vie est vue comme un placement sans risques quand on considère les “fonds en euros”, à savoir contrats assurance-vie garantis.

Jusqu’à ces dernières années, ces fonds euros ne rapportaient pas grand chose mais c’était toujours plus que l’inflation et même que le livret A.

Après une année 2018 où le rendement moyen est à 1,8%, les taux bas et même négatifs augurent de rendements inférieurs à l’inflation, aux alentours de 1,5-1,6%.

Que faire ? Faut-il continuer à investir dans l’assurance-vie ?

Le problème est qu’il n’y a toujours guère de placements financiers aussi sûr.. le Livret A est à 0,75%, l’immobilier est fortement taxé et potentiellement sujet à un retournement.

On peut diversifier son assurance-vie en allant vers des produits mixtes qui ont une partie en fonds garantis et une autre partie dite “dynamique” en actions ou autres  mais attention, rien ne sera garanti.

Il est essentiel de bien lire la notice de l’assurance-vie quand on cherche les meilleures assurance-vie.

Juridiquement, pour un “fonds en euros”, on parle de contrat monosupport en euros. L’assureur est obligé de reverser au moins 85 % des produits financiers à ses assurés. Annuellement, un taux de participation aux bénéfices est fixé et le capital du souscripteur est alors revalorisé à ce taux.

Un fonds en euros peut être aussi proposé dans un contrat multisupport, avec ce qu’on appelle des unités de compte. ces unités de compte sont composées d’actions, d’obligations, de trackers ou de parts de SCPI mais elles ne sont pas garantis en capital. Concrètement, l’argent investi peut être rogné ou pire, par de mauvaises performances.

Dès que le capital n’est plus garanti, une mention l’indiquant doit figurer sur le prospectus, le site internet ou le mail qui détaille, présente ou fait la publicité de l’investissement.

Soyez très attentifs à ceci et préférez toujours la sûreté.

Poster un commentaire ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer