Faire un recours administratif

Quand on a un problème avec une administration, que ce soit une administration « centrale » (police, gendarmerie, etc..) ou le conseil départemental, régional ou même la mairie, on peut faire un recours administratif.

En d’autres mots, quand on a un problème avec une administration (par exemple une facture émise par cette administration et que l’on conteste), on ne va pas au Tribunal « classique » mais on s’adresse au Tribunal Administratif.

On peut penser que ceci est compliqué et nécessite des avocats et que donc on va perdre du temps et de l’argent MAIS EN FAIT, un recours administratif ne nécessite aucun avocat et est très simple à faire.

Voici donc comment déposer un recours administratif

Tout d’abord, dans quels cas concrets peut-on agir contre l’administration ?

Quand il y a une décision ou une absence de réponse, par exemple une lettre, un arrêté, un règlement, une demande sans réponse, une facture bizarre émise par une mairie, etc..

La loi indique que si l’on pose une question à l’administration, celle-ci a comme délai pour y répondre 1, 2, 4 mois et parfois 8 mois.

Vous avez essentiellement deux types de recours contre une décision administrative : les recours administratifs et les recours contentieux.

La plupart du temps, le recours administratif est nécessaire avant de faire un recours contentieux.

A noter qu’on peut aussi saisir le Défenseur des droits (qui intervient en tant que médiateur dans des litiges citoyens-administration).

Recours administratif

Un recours administratif est une demande directe à l’administration pour réexaminer la demande et/ou examiner les droits dont l’administré se prévaut pour contester la décision.

Ces recours permettent de demander directement à l’administration de réexaminer la demande et de statuer de nouveau sur les droits dont l’administré se prévaut.

Pour faire un recours administratif, on envoie sa demande sur papier libre, en expliquant clairement le problème et si possible en lettre recommandée avec accusé de réception (ne serait-ce que pour avoir une date de la demande et compter le délai de réponse).

La demande doit être motivée, c’est-à-dire qu’il faut expliquer à l’administration son point de vue, les raisons de fait et de droit qui justifient, l’opposition à l’administration.

L’important est de savoir qu’en cas de silence de l’administration durant 2 mois, un autre délai existe pour pouvoir demander au juge administratif la décision implicite de rejet.

Un recours administratif est soit « gracieux » et s’adresse alors à l’administration en cause pour lui demander de revenir sur sa décision ou est hiérarchique pour demander à l’échelon supérieur de revenir sur la décision de son administration d’échelon inférieure.

 

Un recours doit être exercé dans les 2 mois qui suivent une décision administrative ou après un silence de 2 mois.

A la suite d’un recours, l’Administration peut annuler la décision mise en cause pour les motifs invoqués ou pour d’autres motifs.

Elle peut aussi prendre une nouvelle décision sur de nouveaux motifs non contestables légalement.

Elle peut aussi refuser de tenir compte de la réclamation ou l’ignorer (mais attention alors aux délais car le recours pour agir devant le tribunal administratif est alors de deux mois).

Recours contentieux

Contre une décision négative de l’administration, on peut faire un recours pour excès de pouvoir afin d’obtenir l’annulation d’un acte unilatéral pris par l’administration pour cause d’illégalité.

Ce recours est possible dans des délais très stricts.

Devant le juge administratif, on ne peut en effet contester une décision de l’administration que dans un délai de deux mois après la décision que l’on conteste.

A noter que ce délai peut-être suspendu pour quelques raisons, par exemple s’il y a eu un recours administratif dans les deux mois qui ont suivi la décision.

Important: une action devant la juridiction administrative ne nécessite pas un avocat tant qu’on ne demande pas d’indemnités et si l’action ne concerne pas un contrat. Attention car cela ne dispense pas d’être condamné à participer aux frais de justice si le jugement n’est pas favorable.

Pour faire un recours contentieux, il faut commencer par une requête introductive, qu’on adresse au greffe de la juridiction administrative, en général le tribunal administratif du territoire concerné (voir  http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/liste-des-juridictions-competentes-pour-une-commune-22081.html ).

En cas d’erreur, la juridiction redirige  la demande vers le tribunal compétent: ça ne change pas la validité de la procédure mais cela fait perdre du temps.

Comment rédiger une requête introductive pour un recours contentieux ?

Simple lettre  sur papier libre, à laquelle on joint les documents relatifs à la décision que l’on conteste.

Outre les coordonnées de chacun des parties, il faut exposer la situation, les faits et expliquer pour quelles raisons on conteste.

Ces raisons peuvent être de forme et de fond (compétence, vice de forme, vice de procédure, erreur de droit, erreur de fait, détournement de pouvoir, etc..).

Le juge prend sa décision principalement en examinant la requête et ses pièces jointes, et les mémoires écrits ensuite adressés par les différentes parties auxquels vous pourrez répondre de même.

Les délais de jugement sont souvent assez longs, quelques mois à quelques années…

 

2 commentaires

  1. Juridique et Droit 6 mars 2018
  2. VERON DANIELE 5 mars 2018

Poster un commentaire ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer