Faillite Civile

La procédure de rétablissement personnel, inspirée de la faillite civile en vigueur en Alsace-Moselle, cherche à apporter une réponse aux ménages qui sont dans de dramatiques situations financières et pour lesquels la procédure administrative classique du traitement du surendettement n’a pas trouvé de solution viable.

Toutes les personnes concernées par le traitement de surendettement devant les commissions de surendettement sont susceptibles de pouvoir bénéficier de de la procédure de rétablissement personnel. La situation du débiteur doit être irrémédiablement compromise. Cette situation se caractérise par l’impossibilité manifeste de mettre en oeuvre des mesures de traitement de surendettement.

Voir aussi  Commission de surendettement des particuliers

Procédure d’ouverture de faillite civile

Le juge de l’exécution a compétence pour ouvrir la procédure du rétablissement personnel. La saisine du juge à l’ exécution peut avoir lieu:

– sur requête de la commission de surendettement si, au stade de l’instruction du dossier, il apparaît que la situation du débiteur est irrémédiablement compromise

– sur demande directe du débiteur, dans l’hypothèse où la commission de surendettement n’a pas décidé d’orienter le dossier dans les 9 mois à compter de son dépôt

– à l’initiative du juge à l’exécution, sous réserve de l’accord du débiteur à l’occasion des recours exercés devant ce magistrat en matière d’orientation du dossier ou en application des mesures préconisées par la commission de surendettement

– sur demande du débiteur qui saisit alors la commission de surendettement s’il apparaît, au cours de l’exécution d’un plan conventionnel ou de recommandation, que sa situation est irrémédiablement compromise.

Le jugement d’ouverture à la procédure à la procédure de rétablissement personnel entraîne la suspension des poursuites engagées contre le débiteur.

Issue de la procédure de faillite civile

Au vu du rapport du mandataire ou après une période d’observation, le juge d’exécution peut:

– soit décider , si la liquidation peut être évitée, d’un plan de redressement dont la durée ne peut excéder 10 ans

– soit prononcer, avec effacement total des dettes, la liquidation judiciaire du patrimoine personnel du débiteur dont sont exclus les biens meublants nécessaires à la vie courante et les biens professionnels indispensables à l’exercice de son activité professionnelle

– soit, si le débiteur ne possède rien d’autre que ces biens, prononcer la clôture sans liquidation, avec effacement des dettes

Voir aussi  Commission de surendettement des particuliers

Poster un commentaire ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer